Exemple de etaloane

Les mesures modernes sont définies en relation avec des objets de référence normalisés au niveau international, qui sont utilisés dans des conditions de laboratoire soigneusement contrôlées pour définir les unités de longueur, de masse, de potentiel électrique et d`autres grandeurs physiques. La distribution aérée A t r a n s ′ {displaystyle a_ {rm {TRANS}} ^ {prime}} dérive. L`interféromètre de Fabry – Pérot diffère d`un étalon de Fabry – Pérot dans le fait que la distance l entre les plaques peut être réglée afin de changer les longueurs d`onde à laquelle les pics de transmission se produisent dans l`interféromètre. La réponse spectrale d`un résonateur de Fabry-Pérot est basée sur l`interférence entre la lumière lancée en elle et la lumière circulant dans le résonateur. L`indice «émettre» désigne les distributions Airy qui considèrent la somme des intensités émises des deux côtés du résonateur. Il est nommé d`après Charles Fabry et Alfred Perot, qui a développé l`instrument en 1899. La lumière est lancée dans le résonateur sous une incidence normale. Les normes de travail et les matériaux de référence certifiés utilisés dans le commerce et l`industrie ont une relation traçable avec les normes secondaires et primaires. La norme de qualité suivante dans la hiérarchie est connue sous le nom de norme secondaire. La transmission maximale (T e = 1 {displaystyle T _ {e} = 1}) se produit lorsque la différence de longueur du trajet optique (2 n l cos θ {displaystyle 2NL COS Theta}) entre chaque faisceau transmis est un multiple entier de la longueur d`onde. Si les faisceaux réfléchis multipliés sont en phase ou non dépend de la longueur d`onde (λ) de la lumière (dans le vide), l`angle de la lumière traverse l`étalon (θ), l`épaisseur de l`étalon (l) et l`indice de réfraction du matériau entre les surfaces réfléchissantes ( n). étant donné que le concept de la largeur de ligne FWHM se décompose en Δ ν A i r y = Δ ν F S R {displaystyle Delta nu _ {rm {Airy}} = Delta nu _ {rm {FSR}}}, par conséquent, la finesse aérée n`est définie que jusqu`à ce que F A i r y = 1 {displaystyle {mathcal {F}} _ {rm {Airy}} = 1} , voir la figure “Lorentzian LineWidth et finesse versus largeur de ligne aérée et finesse d`un résonateur Fabry-Pérot”. La différence de phase entre chaque paire transmise successive (i.

habituellement la lumière est transmise par un résonateur Fabry-Pérot. L`amplitude totale des deux faisceaux sera la somme des amplitudes des deux faisceaux mesurés le long d`une ligne perpendiculaire à la direction du faisceau. Auparavant, il était défini en termes de batteries électrochimiques cellulaires standard, ce qui limitait la stabilité et la précision de la définition. En revanche, la norme de référence pour le mètre n`est plus définie par un objet physique (comme l`ancien prototype de mètre international (IPM) ou à l`origine le mètre des archives). Il décrit la fraction i t r a n s {displaystyle I_ {rm {trans}}} de l`intensité i i n c {displaystyle I_ {rm {Inc}}} d`un incident de source lumineuse sur le miroir 1 qui est transmis par le miroir 2 (voir figure «distribution aérée A t r a n s ′ {displaystyle a_ {rm {TRAN s}} ^ {prime}} “). Parfois, ils sont (incorrectement) appelés «normes secondaires» en raison de leur qualité élevée et la pertinence de référence. Cette approximation est alors typiquement aussi utilisée pour calculer la finesse aérée. Plusieurs distributions aérées A t r a n s ′ (ν) {displaystyle a_ {rm {TRANS}} ^ {prime} (nu)}, chacune d`entre elles créée par une ligne spectrale individuelle, doit être résolue. Alternativement, A t r a n s ′ {displaystyle a_ {rm {TRANS}} ^ {prime}} peut être obtenue via l`approche de décomposition aller-retour [8] en traçant le nombre infini de allers-retours que le champ électrique incident E i n c {displaystyle E_ {rm {Inc}}} expose après avoir entré Le résonateur et en accumulant le champ électrique E t r a n s {displaystyle E_ {rm {TRANS}}} transmis dans tous les allers-retours.